ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  VERITANCE 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  

 

 

Rubriques

BUSH II 2005
LA FOI DE BUSH
ELECTION 2004
ELECTORAT 1
ELECTORAT 2
RENSEIGNEMENT
L'ENVIRONNEMENT
FRAUDE 2004
AFGHANISTAN 1
GUANTANAMO
IRAK EUROPE
MASSACRE EN IRAK
IRAK TORTURES 1
BUSH ET L'ONU
BUSH ET L'ISLAM
BUSH ET L'EUROPE
BUSH FILS A PAPA
BUSH TRICHEUR
BUSH CONSTAT
BUSH CHANTAGE
BEN LADEN NEWS
BUSH BEN LADEN
BUSH BEN LADEN 2
BUSH BEN LADEN 3
BUSH AL-QAÏDA
AL-QAÏDA
ZARQUAOUI NEWS
ZARQAOUI 1
ZARQAOUI 2
ZARQAOUI 3
ZARQAOUI 4
TRUCAGE ELECTION
BUSH KERRY
KERRY
BUSH RELIGION I
BUSH RELIGION II
11 SEPTEMBRE I
11 SEPTEMBRE II
BUSH ISRAËL
BUSH SHARON
IRAK REVOLTE
BUSH IRAK
RECONSTRUCTION
COÛT DE L'IRAK
PILLAGE EN IRAK
PILLAGE IRAK 2
BUSH ONU
BUSH SOLDATS
BUSH BLAIR
BUSH ET LA PEUR
BUSH ELECTION I
BUSH ELECTION 2
FRAUDE ELECTION
FRAUDE ELECTION2
PORTRAIT DE BUSH
BUSH ET LA COKE
LE QI DE BUSH
BUSH MAGOUILLEUR
W AMI DES RICHES
BUSH LOBBIES 1
LES RAPACES
BERNARD KERIK
CONDOLEEZA RICE
RUMSFELD NEWS
RUMSFELD 1
CHENEY LE DIABLE
CHENEY NEWS
CHENEY 1
HALLIBURTON 0
HALLIBURTON 1
HALLIBURTON 2
HALLIBURTON 3
HALLIBURTON 4
HALLIBURTON 5
HALLIBURTON NEWS
CARLYLE NEWS
CARLYLE 1
CARLYLE 2
EXXON MOBIL
SHELL
BP-AMOCCO
CHEVRON TEXACO
ENRON
PAUL WOLFOWICZ
ELLIOTT ABRAMS
JAMES BAKER III
JOHN NEGROPONTE
KARL ROVE
JOHN BOLTON
TOM KOROLOGOS
FONDAMENTALISME
ELECTION 2000
DES HORS LA LOI
C.I.A
SHELL INFOS
CHUTE DU DOLLAR
LE BOUCLIER

 

Liens


UNE ORGANISATION REMISE EN CAUSE

Crise ouverte à la CIA 
 
Accusée de n'avoir pas su prévenir les attentats du 11 septembre 2001 et d'adopter une attitude anti-Bush, l'agence de renseignements est l'objet d'une reprise en main par la Maison-Blanche. Ce qui provoque une véritable fronde au sein de l'institution et ne peut que nuire à son travail en pleine guerre contre le terrorisme, s'inquiète la presse américaine. 
 
"Une guerre ouverte et publique entre le président des Etats-Unis et ses services secrets n'est jamais une bonne nouvelle. Mais, quand cette guerre a lieu au moment où l'insurrection irakienne se généralise et que Ben Laden nous nargue, on peut carrément dire que George Bush et ses espions ne pouvaient choisir un plus mauvais moment pour se quereller." The Christian Science Monitor ne cache pas son inquiétude : la manière brusque avec laquelle Porter Goss, le nouveau directeur de la CIA appointé voilà sept semaines par la Maison-Blanche, secoue l'agence américaine de renseignements a entraîné "une fronde interne qui ne peut que nuire à l'efficacité des agents sur le terrain".  
 
Dernier épisode de la lutte, "le directeur adjoint des opérations de la CIA, Stephen Kappes, et son subordonné, Michael Sulick, ont annoncé, le lundi 15 novembre, leur départ de l'agence de renseignements après vingt-trois ans de service", rapporte le Los Angeles Times. Les deux hommes appartenaient à la direction opérationnelle, le service le plus confidentiel de la CIA, responsable des opérations à l'étranger. "De quoi alarmer les vétérans de l'institution à un moment où elle est en plein désarroi", poursuit le quotidien. "Les deux hommes étaient éminemment respectés au sein de la CIA, et leur départ, surtout celui de Stephen Kappes, est considéré comme un soufflet pour le nouveau directeur, Porter Goss", commente le Christian science Monitor.  
 
 
Ces deux démissions ont été précédées, la semaine dernière, de l’annonce du départ à la retraite du numéro deux de l'agence, John McLaughlin. "Au sein de la communauté du renseignement, le débat bat son plein pour déterminer si la crise est uniquement liée à la politique de Goss ou si elle n’est qu’une étape difficile mais nécessaire de la réorganisation de l’agence", signale le LA Times.  
 
A l'origine du conflit entre la Maison-Blanche et la CIA, conflit dont Goss n'est qu'un instrument, se trouve "la conviction de l'administration Bush que l'agence s'oppose à sa politique", explique The New York Times. Une conviction qui apparaît entre les lignes du mémorandum que Porter Goss a fait circuler à la CIA, mémorandum que The Washington Post a été le premier à se procurer et qui stipule que "le travail de l'agence est avant tout de soutenir la politique de l'administration présidentielle sans émettre la moindre critique."  
 
A ceux qui voient dans cette ligne politique une perte d'indépendance et une instrumentalisation, comme l'explique The Christian Science Monitor, Porter Goss a pris soin de préciser que la CIA "doit fournir des informations brutes et laisser ensuite les politiciens en tirer leurs conclusions".  
 
Officiellement, le nouveau directeur, un ancien député républicain et un fidèle du président George W. Bush, veut rendre à l'agence son efficacité perdue en "donnant plus d’autonomie aux agents en poste à l’étranger et en les encourageant à prendre plus de risques dans les opérations destinées à collecter des informations", relève le Los Angeles Times. Des objectifs auxquels avaient adhéré les responsables déjà en place. Mais, pour certains, "le plan de Goss a dérapé à la suite des confrontations entre son équipe et les cadres historiques", poursuit le quotidien californien.  
 
Entre autres, précise The Christian Science Monitor, "l'arrogance de Patrick Murphy, le chef du personnel mis en place par Goss, est très mal perçue." Et puis nombre de ceux que Goss a amenés avec lui sont des anciens agents de la CIA qui n'ont pas été capables d'y faire carrière. "Au sein de l'agence, de nombreuses personnes perçoivent l'actuel coup de balai comme une revanche des médiocres."  
 
Pour le quotidien de Boston, une chose est cependant sûre : "La réforme de l'agence ne pourra se faire contre l'agence. S'il veut réussir, Goss doit associer les responsables en place, qui connaissent parfaitement les rouages de l'institution, et les convaincre que ce grand chambardement est bénéfique à tous. Car il faut être honnête et mettre sur le compte de Goss que la rénovation d'un mastodonte dans le genre de la CIA est particulièrement difficile. La dernière grande réforme de l'agence, en 1977, avait, elle aussi, posé de multiples problèmes et provoqué une levée de bouclier en interne."  
 
Le seul qui se félicite de la situation est le Pentagone, note le Washington Times. Ce quotidien très conservateur se réjouit d'ailleurs que les services de Donald Rumsfeld, le ministre de la Défense, reprennent la main sur les dossiers brûlants – Irak, Afghanistan, Al Qaida – car "la CIA ne semble toujours pas avoir compris que les Etats-Unis étaient en guerre contre le terrorisme."  
 
Hoda Saliby et Eric Glover 
 
Sources : Lien vers http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=32561&provenance=newsletter&bloc=02>

(c) Adriana EVANGELIZT - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 17.11.2004
- Déjà 8117 visites sur ce site!