ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  VERITANCE 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  

 

 

Rubriques

BUSH II 2005
LA FOI DE BUSH
ELECTION 2004
ELECTORAT 1
ELECTORAT 2
RENSEIGNEMENT
L'ENVIRONNEMENT
FRAUDE 2004
AFGHANISTAN 1
GUANTANAMO
IRAK EUROPE
MASSACRE EN IRAK
IRAK TORTURES 1
BUSH ET L'ONU
BUSH ET L'ISLAM
BUSH ET L'EUROPE
BUSH FILS A PAPA
BUSH TRICHEUR
BUSH CONSTAT
BUSH CHANTAGE
BEN LADEN NEWS
BUSH BEN LADEN
BUSH BEN LADEN 2
BUSH BEN LADEN 3
BUSH AL-QAÏDA
AL-QAÏDA
ZARQUAOUI NEWS
ZARQAOUI 1
ZARQAOUI 2
ZARQAOUI 3
ZARQAOUI 4
TRUCAGE ELECTION
BUSH KERRY
KERRY
BUSH RELIGION I
BUSH RELIGION II
11 SEPTEMBRE I
11 SEPTEMBRE II
BUSH ISRAËL
BUSH SHARON
IRAK REVOLTE
BUSH IRAK
RECONSTRUCTION
COÛT DE L'IRAK
PILLAGE EN IRAK
PILLAGE IRAK 2
BUSH ONU
BUSH SOLDATS
BUSH BLAIR
BUSH ET LA PEUR
BUSH ELECTION I
BUSH ELECTION 2
FRAUDE ELECTION
FRAUDE ELECTION2
PORTRAIT DE BUSH
BUSH ET LA COKE
LE QI DE BUSH
BUSH MAGOUILLEUR
W AMI DES RICHES
BUSH LOBBIES 1
LES RAPACES
BERNARD KERIK
CONDOLEEZA RICE
RUMSFELD NEWS
RUMSFELD 1
CHENEY LE DIABLE
CHENEY NEWS
CHENEY 1
HALLIBURTON 0
HALLIBURTON 1
HALLIBURTON 2
HALLIBURTON 3
HALLIBURTON 4
HALLIBURTON 5
HALLIBURTON NEWS
CARLYLE NEWS
CARLYLE 1
CARLYLE 2
EXXON MOBIL
SHELL
BP-AMOCCO
CHEVRON TEXACO
ENRON
PAUL WOLFOWICZ
ELLIOTT ABRAMS
JAMES BAKER III
JOHN NEGROPONTE
KARL ROVE
JOHN BOLTON
TOM KOROLOGOS
FONDAMENTALISME
ELECTION 2000
DES HORS LA LOI
C.I.A
SHELL INFOS
CHUTE DU DOLLAR
LE BOUCLIER

 

Liens


PROTECTION OCCULTE

Des Etats et des groupes criminels ont aidé Al-Zarqaoui à devenir le maître de la terreur en Irak 
 
TERRORISME. Un livre paru cette semaine dévoile le réseau de complicités derrière Abou Moussab al-Zarqaoui, la nouvelle idole des combattants islamistes. Les enquêtes judiciaires menées en Europe et en Jordanie révèlent que les régimes syrien et iranien ont favorisé son ascension avant qu'il ne s'implante en Irak. 
 
Sylvain Besson 
Jeudi 13 janvier 2005  
 
Le déroulement plus ou moins sanglant des élections irakiennes, le 30 janvier prochain, dépendra beaucoup de la capacité de nuisance d'un homme: Abou Moussab al-Zarqaoui, le Jordanien dont les Américains ont mis la tête à prix pour 25 millions de dollars. Son groupe vient de montrer sa force avec l'assassinat, le 4 janvier, du gouverneur de Bagdad. Dans un message diffusé le mois dernier, Oussama ben Laden l'a nommé «émir» d'Al-Qaida en Irak et a demandé à ses partisans d'obéir à ses ordres.  
 
Cet adoubement est une formidable consécration pour celui qui n'était jusqu'à récemment qu'un apprenti terroriste en mal de réussite. Un livre paru cette semaine retrace cette étonnante métamorphose. Son auteur, Jean-Charles Brisard, est un enquêteur privé qui travaille pour les familles des victimes du 11 septembre 2001. Il a obtenu un accès privilégié aux enquêtes judiciaires menées en Europe et en Jordanie sur Al-Zarqaoui. Elles révèlent l'existence autour de lui d'un réseau de soutien qui associe de façon surprenante crime organisé, régimes autoritaires du Proche-Orient et exaltés du djihad international.  
 
La «carrière» d'Abou Moussab al-Zarqaoui prend son essor en 1999, lorsqu'il se rend en Afghanistan. Grâce à l'amitié d'un religieux islamiste, il approche le premier cercle des dirigeants d'Al-Qaida et rencontre Oussama ben Laden. Ce dernier lui confie la gestion d'un camp d'entraînement, vite transformé en forteresse gardée par des blindés et des équipements antiaériens. Deux ans plus tard, lorsque les forces occidentales attaquent l'Afghanistan, Abou Moussab al-Zarqaoui échappe de peu à la mort: un missile percute la maison de Kandahar où il attend Mollah Omar, le chef spirituel des talibans, en compagnie de plusieurs chefs d'Al-Qaida. Le Jordanien n'est que blessé et prend la fuite vers l'Iran.  
 
Les enquêteurs allemands qui ont examiné son parcours affirment que le terroriste a été protégé durant plusieurs mois par les autorités iraniennes. Il a ainsi pu se faire soigner et réorganiser son groupe de partisans. En avril 2002, il est arrêté mais l'Iran refuse de l'extrader vers la Jordanie. Abou Moussab al-Zarqaoui sort de prison et poursuit sa route, libre.  
 
A cette époque, il utilise un numéro de téléphone portable suisse, ce qui a permis aux autorités helvétiques de le localiser en Syrie, dans la banlieue de Damas, durant l'été 2002. Ce renseignement confirme les conclusions de l'enquête sur l'assassinat du coopérant américain Lawrence Foley à Amman, la capitale jordanienne. Celui-ci a été abattu de huit balles de pistolet dans son garage, en octobre 2002. Les assassins étaient des partisans d'Abou Moussab al-Zarqaoui. Selon la justice jordanienne, ils ont été entraînés en Syrie, et pas n'importe où: dans des «casernes militaires».  
 
Comme pour l'Iran, on ne peut que s'interroger sur les obscurs calculs qui fondent la connivence du gouvernement syrien, laïc et nationaliste, avec les islamistes du groupe Al-Zarqaoui. Mais une chose est sûre: «Ces accusations sont bien plus graves que celles qui ont jamais pu peser sur le régime de Saddam Hussein [en Irak]», écrit Jean-Charles Brisard.  
 
Par contre, c'est en Europe que le terroriste jordanien a trouvé les moyens de financer ses activités, entre 1999 et 2003. La cellule allemande de son groupe avait des contacts étroits avec des filières de fabrication de faux documents, ce qui lui permettait de gérer son propre réseau d'immigration clandestine. Les profits qui en découlaient étaient envoyés à Al-Zarqaoui. Ses partisans en Allemagne ont aussi acheté des armes en vue d'un attentat: selon les autorités, elles ont été acquises grâce aux relations du groupe dans les milieux criminels. De même, une cellule terroriste démantelée en 1999 en Jordanie s'est financée grâce à des cambriolages, l'utilisation de chèques falsifiés et les fonds récoltés dans des mosquées extrémistes en Europe.  
 
Pour Jean-Charles Brisard, la promotion d'Abou Moussab al-Zarqaoui comme chef d'Al-Qaida en Irak marque un tournant dans l'histoire de l'organisation terroriste: «Oussama ben Laden est obligé de s'incliner devant la réalité. Sur le terrain désormais, l'islam combattant, c'est Al-Zarqaoui.» Fort de cette position, le Jordanien espère sans doute réussir là où son mentor a échoué: faire trébucher l'hyperpuissance américaine. L'Irak d'aujourd'hui semble offrir un terrain idéal pour réaliser ce rêve.  
 
Zarkaoui, le nouveau visage d'Al-Qaida, Jean-Charles Brisard avec Damien Martinez, Paris, Fayard, 2005, 330 pages. 
 
Le terroriste en cinq dates clés  
Sylvain Besson
 
 
20 octobre 1966: Ahmed Fadel Nazzal al-Khalayleh naît à Zarka, en Jordanie. Dans son enfance, il a la réputation d'être «teigneux» et passe beaucoup de temps dans le cimetière abandonné qui jouxte sa maison.  
 
1989: après avoir quitté son poste d'employé municipal et avoir mené une vie de petit délinquant, il part en Afghanistan. Il y découvre l'univers des volontaires arabes qui ont mené la «guerre sainte» contre les Soviétiques.  
 
29 mars 1999: condamné en Jordanie pour un projet raté d'attentat, il est libéré après plusieurs années de prison lors d'une amnistie de détenus islamistes. Il repart ensuite en Afghanistan. Il sera désormais connu sous son surnom de Al-Zarqaoui.  
 
5 févier 2003: le secrétaire d'Etat américain, Colin Powell, le décrit comme le chaînon manquant entre Al-Qaida et Saddam Hussein lors d'un discours au Conseil de sécurité de l'ONU. Inconnu jusqu'alors, il accède soudainement à une notoriété mondiale.  
 
11 mai 2004: son groupe diffuse sur Internet une vidéo montrant la décapitation d'un civil américain, Nick Berg. Les services occidentaux qui ont analysé la voix du coupeur de tête pensent qu'il s'agit d'Abou Moussab al-Zarqaoui. Le film déclenche des réactions enthousiastes chez les partisans du djihad international.  
 
Sources : LE TEMPS 
Lien vers http://www.letemps.ch/template/international.asp?page=4&contenuPage=&article=148296&quickbar=>

(c) Adriana EVANGELIZT - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 13.01.2005
- Déjà 7775 visites sur ce site!