ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  VERITANCE 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  

 

 

Rubriques

BUSH II 2005
LA FOI DE BUSH
ELECTION 2004
ELECTORAT 1
ELECTORAT 2
RENSEIGNEMENT
L'ENVIRONNEMENT
FRAUDE 2004
AFGHANISTAN 1
GUANTANAMO
IRAK EUROPE
MASSACRE EN IRAK
IRAK TORTURES 1
BUSH ET L'ONU
BUSH ET L'ISLAM
BUSH ET L'EUROPE
BUSH FILS A PAPA
BUSH TRICHEUR
BUSH CONSTAT
BUSH CHANTAGE
BEN LADEN NEWS
BUSH BEN LADEN
BUSH BEN LADEN 2
BUSH BEN LADEN 3
BUSH AL-QAÏDA
AL-QAÏDA
ZARQUAOUI NEWS
ZARQAOUI 1
ZARQAOUI 2
ZARQAOUI 3
ZARQAOUI 4
TRUCAGE ELECTION
BUSH KERRY
KERRY
BUSH RELIGION I
BUSH RELIGION II
11 SEPTEMBRE I
11 SEPTEMBRE II
BUSH ISRAËL
BUSH SHARON
IRAK REVOLTE
BUSH IRAK
RECONSTRUCTION
COÛT DE L'IRAK
PILLAGE EN IRAK
PILLAGE IRAK 2
BUSH ONU
BUSH SOLDATS
BUSH BLAIR
BUSH ET LA PEUR
BUSH ELECTION I
BUSH ELECTION 2
FRAUDE ELECTION
FRAUDE ELECTION2
PORTRAIT DE BUSH
BUSH ET LA COKE
LE QI DE BUSH
BUSH MAGOUILLEUR
W AMI DES RICHES
BUSH LOBBIES 1
LES RAPACES
BERNARD KERIK
CONDOLEEZA RICE
RUMSFELD NEWS
RUMSFELD 1
CHENEY LE DIABLE
CHENEY NEWS
CHENEY 1
HALLIBURTON 0
HALLIBURTON 1
HALLIBURTON 2
HALLIBURTON 3
HALLIBURTON 4
HALLIBURTON 5
HALLIBURTON NEWS
CARLYLE NEWS
CARLYLE 1
CARLYLE 2
EXXON MOBIL
SHELL
BP-AMOCCO
CHEVRON TEXACO
ENRON
PAUL WOLFOWICZ
ELLIOTT ABRAMS
JAMES BAKER III
JOHN NEGROPONTE
KARL ROVE
JOHN BOLTON
TOM KOROLOGOS
FONDAMENTALISME
ELECTION 2000
DES HORS LA LOI
C.I.A
SHELL INFOS
CHUTE DU DOLLAR
LE BOUCLIER

 

Liens


LES MENSONGES DE BUSH SUR L'IRAK

Alors oui, Bush continue sa campagne toxique en nous saoulant avec sa piteuse litanie, "Saddam Hussein n'a peut-être pas d'Armes de Destruction Massive mais il était sur le point d'en avoir ou il aurait pu en avoir tout comme il aurait pu aussi avoir des accointances avec Oussama"... bref, si ma tante en avait, ce serait mon oncle comme on dit de par chez nous...  
Heureusement que le ridicule ne tue pas sinon W. serait déjà passé de mort à trépas et aurait ainsi rejoint ceux qu'il a envoyé ad patres par procuration. Voilà un type qui ne reconnaîtra jamais ses erreurs allions-nous dire mais ce ne sont même pas des erreurs. Tout a été savamment orchestré, calculé par le Number One Cheney, un individu diabolique que nous ne portons pas dans notre coeur car il symbolise le mal à l'état pur tout comme d'autres qui oeuvrent avec lui dans l'Ombre du Pouvoir pour s'enrichir sur le dos des pauvres gens. Halliburton est bien implanté sur le sol irakien et coûte des milliards au contribuable américain. Cheney, lui, se remplit les poches. 
 
Voilà des gens qui ne risquent pas de s'étouffer avec les états d'âme. Ils poursuivent un but bien précis, semer la terreur, la mort et la désolation par leurs mauvaises actions et spollier tout le Moyen-Orient de ses richesses naturelles. Le peu de respect qu'ils affichent pour le genre humain est une honte. Quand on pense au nombre de civils morts tant en Afghanistan, qu'en Irak, qu'en Palestine parce que des crapules ont décidé de décimer le Peuple Arabe, il y a de quoi avoir envie de voir ces suppôts de Satan derrière les barreaux. Ils sont coupables de crimes de guerre, pas moins. Et malgré tout, ils essaient encore de nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Comme si l'on ne savait pas ce qu'ils valent vraiment. Si Bush repasse et il va sûrement être réélu, alors le pire est à craindre. Ils vont s'en donner à coeur joie pour mettre la planète à feu et à sang. 
 

 
 
Le rapport de Duelfer vient de tomber annonçant ce que nous savions déjà, que Saddam Hussein ne possédait aucune prétention en ce qui concerne les ADM. Mais malgré tout Bush s'entête en disant qu'il aurait pu en avoir... voilà un type dont la mauvaise fois évidente ne fait aucun doute et qui, en plus, ne reconnaît jamais ses torts. Il couvre ceux qui lui ont ordonné de commettre cette agression en Irak. Comment les Américains ont-ils pu élire cet individu cynique et sa bande de hors-la-loi machiavéliques dont les mensonges et l'hypocrisie ne font plus aucun doute ??? Nous avons maintenant la certitude qu'ils nous mènent en bâteau depuis que Bush est au pouvoir. Ce sont des rapaces qui ne songent qu'à piller notre planète et à s'enrichir sur le dos des malheureux. 
 
USA-Irak : RAPPORT ACCABLANT POUR BUSH SUR LES ADM. 
 
L’Irak avait renoncé à ses armes de destruction massive dès 1991 et n’avait même pas de programme d’ADM

 
Alors que le compte à rebours a commencé pour l’élection présidentielle aux Etats-Unis du 2 novembre, un document officiel américain est venu accabler le président Bush, contredisant son « argument » principal pour « justifier » l’invasion, à savoir la présence d’armes de destruction massive en Irak (ADM).  
Selon un rapport du chef des inspecteurs américains en Irak, Charles Duelfer, l’Irak avait renoncé à ses ADM en 1991 et n’avait pas de programme chimique, biologique ou nucléaire au moment de l’invasion. « Je ne m’attends pas à ce qu’il y ait des stocks militairement significatifs d’armes de destruction massive cachés en Irak », a-t-il dit devant la commission des forces armées du Sénat américain, en présentant son rapport. « C’est exact », a-t-il répondu à la question d’un sénateur lui demandant de confirmer que le régime irakien ne possédait pas d’ADM avant la guerre. « Il avait clairement des ambitions dans tous ces domaines », a-t-il toutefois indiqué.  
 
En trois jours à peine, Bush a dû faire face à une accumulation de déclarations et rapports mettant en cause l’existence de liens entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaïda, remettant en lumière la fragilité des arguments sur l’armement irakien ou fustigeant le manque de troupes engagées dans ce pays. Le rapport d’un millier de pages du chef des inspecteurs américains en Irak, Charles Duelfer, publié mercredi, confirme l’absence de stocks d’armes bactériologiques, chimiques ou nucléaires dans ce pays lors de l’entrée en guerre. Il affirme aussi que l’Irak avait renoncé à ses armes de destruction massive dès 1991, il y a treize ans, et n’avait pas même de programme d’ADM lors de l’invasion du pays en mars 2003, un tableau loin du danger massif et pressant décrit par l’administration Bush l’an dernier. Duelfer a toutefois estimé que Saddam Hussein gardait des « ambitions » dans ce domaine et qu’il aurait pu relancer des programmes d’ADM en cas de levée des sanctions internationales. « Ce rapport renforce les indications selon lesquelles le président est parti en guerre sur la base de « renseignements défectueux »( ?), sans tenir compte des faiblesses des données qui lui étaient fournies », affirme Rose Gottemoeller, spécialiste de ce dossier à la Fondation Carnegie de Washington. « Ce document ne constitue pas vraiment une surprise car il confirme ce qu’ont dit de précédentes enquêtes. Mais il survient à un moment politique intéressant, à un mois de la présidentielle, et alors qu’on voit apparaître des lézardes dans le camp gouvernemental », estime pour sa part Charles Ferguson, du Council on Foreign Relations (CFR), un institut indépendant. Outre le rapport Duelfer, les mauvaises surprises se sont multipliées pour l’administration Bush depuis le début de la semaine :  
 
Des déclarations de l’ancien proconsul américain en Irak, Paul Bremer, mettant « l’atmosphère d’anarchie » dans ce pays sur le compte du trop faible niveau de troupes engagées dès le départ.  
Des propos, « rectifiés » par la suite, du secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld affirmant ne pas avoir de « preuve forte et formelle » de liens entre le régime de Saddam Hussein et Al-Qaïda, en contradiction avec le discours de la Maison Blanche.  
 
Un rapport de la CIA mettant en doute l’existence de liens entre le régime irakien déchu et le Jordanien Abou Moussab al-Zarqaoui, lié au réseau Al-Qaïda et considéré aujourd’hui comme « l’ennemi numéro un » des Américains en Irak
.  
 
Malgré ces vérités, l’administration Bush continue de répèter sans relâche son credo selon lequel la guerre en Irak était « justifiée », que le monde est « plus sûr » avec Saddam Hussein en prison et que ce dernier... entretenait bien des relations suspectes avec Al-Qaïda, ce qui est absolument faux. Bush a répété mercredi qu’il y avait un « risque réel » que l’ex-dictateur irakien Saddam Hussein « donne des armes de destruction massive » à des « réseaux terroristes », alors qu’il n’en possédait guére.  
 
La CIA doute des liens entre Saddam Hussein et Zarqaoui 
 
Un nouveau rapport de la CIA a mis en doute l’existence des liens entre l’ancien président irakien Saddam Hussein et Abou Moussab al-Zarqaoui considéré comme lié au réseau Al-Qaïda, avait indiqué un responsable américain mardi. Basé sur des informations récentes et plus anciennes, le document de la CIA souligne qu’il n’existe aucune preuve formelle permettant d’affirmer que Saddam Hussein ait accordé l’asile à Zarqaoui avant le déclenchement de la guerre en Irak, a affirmé le responsable américain qui s’exprimait sous couvert d’anonymat. Bush et d’autres responsables de son gouvernement ont, à plusieurs reprises, affirmé que la présence de Zarqaoui à Bagdad avant la guerre était la « meilleure preuve » de liens entre l’ancien Président irakien et le réseau Al-Qaïda. « Cette juxtaposition entre de nouvelles informations et une réévaluation des données laisse penser que les relations (entre Saddam et Zarqaoui) ne sont pas celles qui avaient été décrites », a ajouté le responsable. Ce nouveau document émet aussi des doutes sur le fait que Zarqaoui ait été hospitalisé à Bagdad en mai 2002 comme de nombreux responsables américains l’ont « affirmé ».  
 
Le nouveau document de la CIA mentionne plutôt des arrestations de complices de Zarqaoui en 2002 et 2003 par le régime de Saddam Hussein. Zarqaoui, qui a « revendiqué » de nombreux attentats et décapitations ces derniers mois en Irak, est considéré comme l’ »ennemi numéro » un des Américains et sa tête est mise à prix à 25 millions de dollars. -Mais est-ce bien lui, car aprés un an an et demi d’occupation de l’Irak on est en droit de se demander comment se fait-il que l’armée américaine avec tous les moyens dont elle dispose pourquoi elle n’a pu mettre la main sur ce fameux Zerqaoui ? 
 
Sources : Lien vers http://www.lopinion.ma/article.php3?id_article=5558 
 
 
 
 
BUSH A TOUT FAUX POUR L'IRAK 
 
Alan Blinken, ancien ambassadeur des USA en Belgique, n'est pas tendre envers le président Bush 
 
BRUXELLES Alan Blinken, ancien ambassadeur des Etats-Unis en Belgique, n'y va pas par quatre chemins: le président George W. Bush nous mène en bateau sur le dossier irakien! 
 
 
De passage cette semaine en Belgique, pour donner notamment quelques conférences, ce proche de l'ancien vice-président démocrate Al Gore et de John Kerry ne ménage pas ses critiques à l'égard du locataire de la Maison Blanche, qui s'ingénie selon lui à éviter «les discussions de fond sur les dossiers importants». 
 
 
«Le discours électoral du président Bush, c'est quoi: dire qu'il n'y a plus eu d'attaque contre les Etats-Unis depuis le 11 septembre, que le monde est plus sûr depuis l'éviction de Saddam Hussein, qu'il a diminué les impôts et que l'économie se redresse. Voilà pour la perception qu'il veut nous donner des grands dossiers. Mais la réalité est toute autre. Prenez le cas de l'Irak: d'accord, Saddam Hussein a été arrêté. Mais il ne faut quand même pas oublié que la raison invoquée pour déclencher la guerre était la présence d'armes de destruction massive en Irak, des armes que l'on n'a pas trouvées!»,
souligne Alan Blinken. 
 
 
De même, affirmer que la guerre contre l'Irak a permis de combattre le terrorisme est entièrement faux, poursuit l'ex-ambassadeur. «Tout le monde est d'accord pour dire qu'il n'y avait pas de lien entre le régime de Bagdad et Al-Qaïda!». 
 
«Le président Bush s'est précipité pour entamer les hostilités au lieu de laisser les inspecteurs de l'Onu finir leur tâche. Quelles sont les conséquences de cette précipitation ? Les Etats-Unis n'ont pas réussi à former une véritable coalition, comme tel fut le cas lors de la 1ère guerre du Golfe. A l'époque, 95e la facture militaire était payée par les alliés. Aujourd'hui, c'est le contribuable américain et lui seul qui paie 95 pour cent de la facture. De même, 90 pour cent des morts et des blessés sont des soldats américains. Par la faute de la précipitation du président Bush, nous sommes les seuls à porter le fardeau. J'espère que la communauté internationale sera plus prompte à collaborer avec John Kerry».
 
 
 
Autre point sur lequel Alan Blinken prend George W. Bush à contre-pied: l'économie. «George W. Bush va être le premier président depuis Edgard Hoover au début des années 30 à ne pas avoir créé d'emplois durant son mandat»
 
 
Bref, pour l'ex-ambassadeur des Etats-Unis, le bilan de la présidence Bush est loin d'être brillant: 200 milliards pour la guerre, plus de 1.000 morts américains, des dizaines de milliers d'Irakiens tués, une coalition un peu faiblarde, une situation de chaos en Irak et une détérioration de la situation de l'emploi. Et portant, George W. Bush est loin d'être largué dans les sondages. «Les Américains aiment les phrases courtes et simples», explique Alan Blinken, domaine dans lequel George W. Bush excelle alors que les interventions du candidat démocrate sont plus articulées. Mais il n'en reste pas moins confiant dans la capacité de John Kerry de rallier à lui une majorité d'indécis le 2 novembre prochain. 
 
SOURCES : Lien vers http://www.dhnet.be/index.phtml?content=http://www.dhnet.be/dhinfos/article.phtml?id=106131> 
 
 
(c) Adriana EVANGELIZT - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 1.12.2004
- Déjà 8117 visites sur ce site!