ARK NETWORK reference.ch · populus.ch    
 

  VERITANCE 

 Home  | Livre d'Or  | Album-Photo  

 

 

Rubriques

BUSH II 2005
LA FOI DE BUSH
ELECTION 2004
ELECTORAT 1
ELECTORAT 2
RENSEIGNEMENT
L'ENVIRONNEMENT
FRAUDE 2004
AFGHANISTAN 1
GUANTANAMO
IRAK EUROPE
MASSACRE EN IRAK
IRAK TORTURES 1
BUSH ET L'ONU
BUSH ET L'ISLAM
BUSH ET L'EUROPE
BUSH FILS A PAPA
BUSH TRICHEUR
BUSH CONSTAT
BUSH CHANTAGE
BEN LADEN NEWS
BUSH BEN LADEN
BUSH BEN LADEN 2
BUSH BEN LADEN 3
BUSH AL-QAÏDA
AL-QAÏDA
ZARQUAOUI NEWS
ZARQAOUI 1
ZARQAOUI 2
ZARQAOUI 3
ZARQAOUI 4
TRUCAGE ELECTION
BUSH KERRY
KERRY
BUSH RELIGION I
BUSH RELIGION II
11 SEPTEMBRE I
11 SEPTEMBRE II
BUSH ISRAËL
BUSH SHARON
IRAK REVOLTE
BUSH IRAK
RECONSTRUCTION
COÛT DE L'IRAK
PILLAGE EN IRAK
PILLAGE IRAK 2
BUSH ONU
BUSH SOLDATS
BUSH BLAIR
BUSH ET LA PEUR
BUSH ELECTION I
BUSH ELECTION 2
FRAUDE ELECTION
FRAUDE ELECTION2
PORTRAIT DE BUSH
BUSH ET LA COKE
LE QI DE BUSH
BUSH MAGOUILLEUR
W AMI DES RICHES
BUSH LOBBIES 1
LES RAPACES
BERNARD KERIK
CONDOLEEZA RICE
RUMSFELD NEWS
RUMSFELD 1
CHENEY LE DIABLE
CHENEY NEWS
CHENEY 1
HALLIBURTON 0
HALLIBURTON 1
HALLIBURTON 2
HALLIBURTON 3
HALLIBURTON 4
HALLIBURTON 5
HALLIBURTON NEWS
CARLYLE NEWS
CARLYLE 1
CARLYLE 2
EXXON MOBIL
SHELL
BP-AMOCCO
CHEVRON TEXACO
ENRON
PAUL WOLFOWICZ
ELLIOTT ABRAMS
JAMES BAKER III
JOHN NEGROPONTE
KARL ROVE
JOHN BOLTON
TOM KOROLOGOS
FONDAMENTALISME
ELECTION 2000
DES HORS LA LOI
C.I.A
SHELL INFOS
CHUTE DU DOLLAR
LE BOUCLIER

 

Liens


CHENEY MANIPULATEUR ET COUPABLE

Je ne suis pas le seul à affirmer que les attaques du 11 septembre ont été facilitées, orchestrées et réalisées par le gouvernement des État-Unis. 
Cependant, il y a beaucoup de malentendus. En tant qu’ancien officier de police, détective et à présent journaliste je m’en tiendrai aux strictes normes probatoires d’investigations

 
M.C. RUPPERT 
 
 
J'affirme catégoriquement que les politiciens qui ne s’attaquent pas aux causes réelles des problèmes posés aux USA aujourd’hui ne pourront être et ne seront jamais à l’avenir de grands leaders politiques. 
 
J’ai toujours dit que, si j’en avais la chance, je marcherais dans le repère du lion ou dans la chambre à coucher du diable pour défendre ma 
cause et c’est ce que je fais aujourd’hui, ici. 
 
Je peux voir, ce soir, une part des élites dont la conscience et le comportement doivent être changés afin que l’humanité puisse affronter 
les défis cuisants de notre époque. 
 
Pour quiconque qui pourrait être lion ou diable, j’espère qu’il a fait un bon repas récemment et en outre que vous avez vérifié vos fourches à 
la porte. En outre, j’implore que vos oreilles et vos esprits soient ouverts. Vous réalisez qu’une crise mondiale enténèbre la planète entière et 
si vous souhaitez mieux comprendre cette crise, je suis ici pour offrir une part de mon expérience sans aucune complaisance ou allégeance à une politique partisane ou à quelques intérêts économiques que ce soient. 
 
Quelle que puisse être l’approche de la situation globale, que ce soit la géopolitique, l’économie, le climat, la guerre, les aérosols dispersés, 
les ogives de guerre qui menacent de lâcher une orgie mondiale d’effusion de sang, la hausse du prix de l’énergie, les manques d’énergies, les 
manques d’eau douce, la guerre biologique, la répression des libertés civiles, une conclusion commune saute aux yeux : la planète Terre et 
tous ses habitants sont en grand danger. Ce n’est pas le temps de penser à la sécurité nationale, c’est le temps de penser à la sécurité 
planétaire. C’est la survie de la planète qui est en jeu. 
 
Indépendamment de la religion, de l’appartenance ethnique, de la nationalité, de la race, des préférences sexuelles, du compte bancaire ou 
de n’importe quelle autre distinction artificielle, je peux être celui qui "ose" parler pour toute l’humanité. Le temps n’est plus à la timidité 
révérencieuse. Ce n’est pas une époque ou des hommes et des femmes de bonne conscience peuvent se permettre d’être politiquement 
corrects. 
 
Comme je l’ai dit tant de fois pendant ces trois dernières années au cours de 40 conférences sur la vérité et les mensonges du 11/09 et le 
pic maximal du pétrole, les événements dans les cinq ans qui suivent les attaques du 11 septembre détermineront le cours de 
l’histoire de l’humanité pour les 500 années à venir ou plus.  
 
Depuis de nombreuses années maintenant, des citations et des preuves ont été présentées dans mes conférences et ma vidéo "Vérité et 
Mensonges sur le 11/09". Je ne demande pas que les gens me croient sur parole, je demande que des experts continuent à me défier s’il le 
faut en évaluant mes recherches, travaux et documents accumulés toutes ces années afin qu’ils puissent en tirer leurs propres conclusions. 
À ce jour le sérieux et la crédibilité de mes travaux m’ont ouvert les portes du Commonwealth Club. 
 
Je ne suis pas le seul à affirmer que les attaques du 11 septembre ont été facilitées, orchestrées et réalisées par le 
gouvernement des État-Unis. Cependant, il y a beaucoup de malentendus. En tant qu’ancien officier de police, détective et à présent 
journaliste je m’en tiendrai aux strictes normes probatoires d’investigations. 
 
 
Les attaques du 11/09 sont le résultat de la planification délibérée et d’efforts orchestrés par 
des leaders identifiables aux USA. Le gouvernement et les groupes de l’énergie et de la finance 
ont tout fait pour obtenir une attaque comme celle de Pearl Harbor qui puisse fournir à l’empire 
américain un prétexte pour la guerre, l’objectif étant la confiscation des réserves de pétrole et 
de gaz et de la clé des voies de transport par oléoduc.  
 
Le 11/09 a été un meurtre prémédité. Je nommerai ce soir certains des suspects qui ont 
commis le crime. Je vous montrerai l’évidence accablante de leur culpabilité, ce dont je suis 
fier. Je suis prêt et confiant pour répondre devant un procureur ou un jury de district. 
 
 
Historiquement, l’affirmation que le gouvernement des États-Unis serait capable d'orchestrer une attaque contre des intérêts américains a 
plusieurs précédents. En 1962 déjà, les chefs interarmées avaient approuvé un plan secret appelé "Opération Northwoods" qui était une 
opération secrète pour abattre un avion américain et lancer une attaque contre des équipements militaires américains, avec l’intention de 
rejeter le blâme sur Fidel Castro, incitant ainsi les États-Unis à envahir et occuper Cuba. 
 
Il en fut de même pour Pearl Harbor dont les dates et plans d’attaque étaient connus de Roosevelt lui-même ; l’histoire fournit 
aujourd’hui aux USA une documentation abondante sur la complicité du gouvernement américain à des degrés variables dans de tels 
événements. Le livre "Le jour de la duperie" et d’autres enregistrements aux archives nationales ont prouvé aux USA que l’administration 
Roosevelt avait bien déchiffré les codes japonais avant le 7 décembre 1941 et que la décision de laisser faire l’attaque sur Pearl Harbor a été 
prise en toute conscience. Cette décision a été mise en place pour fournir l’impulsion nécessaire à l’entrée en guerre des USA, à un moment 
où la Grande-Bretagne faiblissait sous les bombardements et la guerre navale du Troisième Reich. 
 
Le livre que je vais publier, "Traverser le Rubicon", pénètre les arcanes les plus secrètes des attaques du 11 septembre 2001. Il place le 
11/09 au centre d'une nouvelle Amérique désespérée, menée par des individus spécifiquement nommés pour gérer le pic maximal du pétrole 
(insuffisance mondiale des stocks de pétrole et déclin naturel de la production de pétrole) : une crise économique comme le monde n’en a 
jamais vue. 
 
La demande en hydrocarbures des USA, des pays industrialisés et des pays en voie de développement accélère rapidement l’arrivée du pic 
maximal de pétrole, point de non retour pour cette ressource limitée. L’impact économique et environnemental deviendra insoutenable dans 
les trois années à venir. Étant donné les choix peu judicieux des 30 dernières années, une fin brutale de l’ère du pétrole constitue la plus 
sérieuse menace pour l’humanité dans toute son histoire. 
 
La planète Terre est à plus ou moins un an de la crête de toute l'histoire de la production énergétique des hydrocarbures. Plus 
simplement, nous avons utilisé la moitié du pétrole que Dieu a placé dans cette planète ; chaque baril extrait dorénavant à partir de la Terre 
deviendra progressivement plus cher, de moindre qualité et beaucoup plus dur à obtenir. Comme en conviennent tous les experts, le pic est 
quelque chose que nous validerons comme une certitude quand nous le regarderons dans nos rétroviseurs. 
 
Les attaques du 11 septembre 2001 ont été le prétexte pour l’empire américain et à un degré moindre pour la Grande-Bretagne 
et pour Israël, de s'emparer par la force des sources d'approvisionnements en énergie, pour soutenir leur puissance hégémonique 
(régionale ou mondiale) et maintenir l’équilibre de leur économie dans les prochaines années de pénurie. 
 
Les attaques du 11/09 ont été accomplies avec une orchestration étonnante de logistique et de personnels. L’ancien conseiller du 
contre-terrorisme à la Sécurité Nationale, Richard Clarke, a suggéré qu’une telle conspiration ne pourrait jamais être maintenue secrète. Trop 
de gens auraient été impliqués, a-t-il dit. Sur ce point, je suis complètement en désaccord avec Clarke et je rappelle le projet Manhattan qui 
a développé la bombe atomique et le projet de l'avion furtif, dont le secret a été gardé avec succès pour tous les deux. Le nombre de 
personnes impliquées dans ces deux projets a de loin dépassé le nombre de personnes utilisées par le gouvernement des États-Unis pour 
exécuter le 11/09. 
 
Rien dans la prétendue commission indépendante, la Commission Kean, qui a étudié les attaques du 11 septembre, ne peut ou ne devrait 
être accepté sans un débat contradictoire. Cette commission reprend la chronologie des événements publiée par le Norad (armée de l'Air). 
Or, plusieurs témoignages faits devant la Commission démentent cette chronologie. 
 
La chronologie officielle indiquait que la FAA (surveillance aérienne) avait sollicité le Commandement de l’Armée de l’Air pour une aide militaire 
alors que trois avions commerciaux de ligne piratés étaient toujours en vol. Des témoignages devant la Commission affirment au contraire 
que la FAA n’a informé l’armée de l’air qu’après que les avions se soient écrasés. Un escadron d’avions de combat du Norad est en effet bien 
parti mais il a été envoyé au dessus de l’Océan Atlantique à plus de 200 km à l’Est de Washington DC, alors que le troisième engin heurtait le 
Pentagone. Un second escadron était sur l’Alaska pendant qu’un troisième sillonnait au dessus du Canada. Devant de telles incohérences, il 
est certain que les militaires ont menti aux Américains, menti au Congrès et menti à la Commission du 11/09. 
 
Le rapport de la Commission a été remanié pour tenter de maquiller au mieux toutes ces incohérences chronologiques et montrer au public 
une version édulcorée. Pourquoi tant de partialité ? C’est assez simple à comprendre quand on étudie le curriculum vitae des membres de 
cette commission. 
 
 
Les membres de la commission indépendante d’enquête sur le 11 septembre 
 
Thomas Kean (Président) est aussi directeur et actionnaire d’Amerada Hess Corporation, en lien avec la Delta Oil of Saudi Arabia 
détenue par les clans de Ben Khalid Mahfouz et de Al-Amoundi. Cette compagnie a été impliquée dans la planification et la mise en œuvre 
d’un pipe-line de pétrole afghan, juste avant le 11 septembre. Khalid Ben Mahfouz, autrefois haut dirigeant de la légendaire banque du crime 
organisé BCCI, est le plus grand banquier de l’Arabie Saoudite et ses clients comprennent la famille royale saoudienne et le groupe des 
compagnies du saoudien Ben Laden. 
 
Il est à noter que Georges W. Bush a été en affaire avec Khalid Ben Mahfouz quand il était dans les affaires de pétrole au Texas. Khalid Ben 
Mahfouz et Georges W. Bush ont été également impliqués dans le scandale de la BCCI étroitement lié au scandale de l’Iran-Contra et à ceux 
de l’Épargne et des Prêts. D’autres liens entre Bush et Mahfouz peuvent être trouvés par leurs investissements dans le groupe Carlyle, une 
société américaine de placements de valeurs mobilières contrôlée par un conseil dans lequel siégeaient autrefois l’ancien président Georges 
H.W Bush et des membres de la famille Ben Laden.  
 
Lee Hamilton (vice-président). En 1987, le porte-parole Jim Wright (qui a démissionné plus tard de la Chambre dans le déshonneur) a 
nommé Hamilton à la présidence d’une Commission d'Enquête sur l’affaire Iran-Contra. Lorsqu’une question a été soulevée au sujet de la 
contrebande de drogue CIA/Contra, la réponse a été rejetée par Hamilton, lors d’un examen superficiel qui a conclu qu’il n’y avait là aucune 
charge. La CIA a publié un rapport en octobre 1998 (Volume II du Rapport de l’Inspection Générale de la CIA sur le trafic de drogue 
Iran/Contra). Celui-ci n’a reçu presque aucune publicité mais il a pourtant admis le lien avec la drogue et la participation directe de la CIA 
dans le transbordement de milliers de kilos de cocaïne. 
 
Hamilton a aussi joué un rôle majeur dans la prétendue surprise d’octobre 1980-81 dans laquelle il a été démontré que l’équipe de campagne 
de Reagan-Bush était en pourparlers secrets avec le gouvernement révolutionnaire d’Iran pour retarder la libération des otages américains 
détenus à l’ambassade des Etats-Unis à Téhéran. Le contrat était que les otages ne seraient libérés qu’après l’élection présidentielle, de 
sorte que Jimmy Carter ne bénéficie pas de cette libération pendant la campagne présidentielle.  
 
Dans l’affaire Iran/Contra, des armes avaient été fournies au gouvernement iranien en échange de sa coopération. L’affaire fit scandale et 
donna lieu à des auditions au Congrès qui furent présidées par le démocrate Hamilton. Ce dernier fut nommé plusieurs fois président ou 
vice-président de Commissions pour étouffer des affaires touchant au trafic d’armes et de drogues ; c’est un spécialiste du genre, soutenu 
aussi bien par John Kerry que Georges W. Bush. 
 
 
Philip Zelikow (Directeur exécutif) 
 
Zelikow a conseillé l’administration Bush sur les nouveaux plans des services de renseignement. Il eut de nombreuses discussions au sujet de 
Ben Laden et d’Al-Quaïda en 2000-2001 avec Richard Clarke. En toute logique, il devrait être un témoin attestant sous serment devant 
cette Commission au lieu d’en être le Directeur Exécutif. Quand plusieurs familles de victimes du 11/09 ont appris cela, elles ont demandé sa 
démission. Malgré toutes les appels à démission, Zelikow est resté solidement en place dans la Commission Kean. 
 
 
Jamie Gorelick 
 
Jamie Gorelick a des liens avec le lobby pétrolier dans des sociétés de forage. Mme Gorelick siège dans le conseil d’administration de la 
première société d’extraction de pétrole au monde, Schlumberger. Gorelick était parmi les quatre membres de la Commission autorisés à 
consulter les dossiers présidentiels du renseignement. 
 
 
Richard Ben-Véniste 
 
Ben-Véniste est un mandataire très en vue à Washington et un courtier du pouvoir démocrate. Il était avocat conseil au Sénat dans les 
investigations de Whitewater où il a bloqué les enquêtes du dossier Webster Hubbell's impliquant un certain Truman Arnold (qui se trouve 
être un ami de Wally Hilliard, propriétaire de l’école de pilotage en Floride où, selon les comptes-rendus officiels, ont été formés quatre des 
pilotes islamistes des missions kamikazes des terroristes du 11 septembre 2001). 
 
La Commission Kean a délibérément été constituée de personnalités impliquées dans les événements de 11/09 et les organismes 
gouvernementaux chargés de protéger les Américains ce jour-là. Tous auraient dû témoigner plutôt que de diriger et rédiger les rapports 
d’une telle commission. Un seul membre était vraiment impartial : il s’agit d'un sénateur de Georgie, Max Cleland. Après avoir déclaré que tout 
cela était une vaste mascarade, il a démissionné de la commission Kean avant la fin des investigations. 
 
 
Que c’est il passé le 11 septembre 2001 ? 
 
Nous allons démontrer qu’un suspect (ou plusieurs) possédait les moyens, les motifs et l’opportunité de commettre le crime.  
 
Jusqu’ici, l’affaire du 11/09 aurait été commise par Oussama Ben Laden et Al-Quaïda. Cela n’a jamais été prouvé. En fait, environ 35 mois 
après les attaques du 11/09, de toutes les poursuites judiciaires dans le monde concernant cette affaire, aucune n’a abouti. 
 
La seule affaire qui aurait dû aboutir fut la poursuite judiciaire allemande contre Monir el Motassadeq, chargé de faciliter la prétendue cellule 
de Hambourg appelée du nom de Mohamed Atta. La Justice allemande a dû abandonner ses poursuites en 2004 car le gouvernement US a 
refusé de produire les témoins principaux tels que Khalid Shaihh Muhammad ou Ramzi Ben al-Shibh et d’autres évidences et preuves 
matérielle. 
 
Pour le grand public et la communauté officielle des investigateurs du 11/09, l’échec des moyens de défense aérienne des USA est un 
mystère. La Commission Kean et la version gouvernementale des événements ne laisse apparaître aucune explication plausible. Le fait 
qu’aucune défense aérienne efficace ne se soit manifestée ce jour-là reste incompréhensible… 
 
Des preuves incontestables démontrent la complicité directe du gouvernement US dans la gestion des attaques du 11 Septembre 2001. Ces 
éléments figurent en détail dans mon livre "Traverser le Rubicon". 
 
1°) Cheney est le principal suspect dans les meurtres de masse du 11/09. J’affirme qu’il a été un planificateur du 09/11 et que le jour 
même des attaques il gérait un centre de contrôle totalement séparé du système de commande et de communications militaires 
et capable de brouiller les communications et ordres émanant d’autres centres de commandement. Pour parvenir à ses fins, il a relié un 
système de communication au central principal des services secrets américains, dans le Centre de Secours des Opérations Présidentielles – 
le bunker où lui et la conseillère à la Sécurité Nationale, Condolezza Rice ont soi-disant été précipités après que le vol 175 ait frappé la tour 
Sud du World Trade Center - . Je démontrerai qu’en réalité Cheney n’a jamais quitté ce poste et qu'il avait des informations en temps réel 
aussi bonnes que celles disponibles au Pentagone. 
 
2°) Je démontrerai cela en expliquant ce que sont les Services Secrets des Événements Spéciaux de la Sécurité Nationale 
Américaine, une agence de contrôle opérationnel suprême supplantant d’autorité toutes les agences civiles et militaires. 
 
3°) J’établirai qu’en mai 2001, par décret présidentiel, Cheney a été placé au commandement et au contrôle directs de toutes les 
formations de stratégies militaires, des terrains d’exercices d’entraînement et de l’établissement du programme de plusieurs agences, 
particulièrement la Fema. Qu’en outre, il a ordonné tous les exercices militaires aériens incohérents du 11 Septembre 2001. 
 
Je démontrerai que l’exercice Trépide II, installé le 10 septembre à Manhattan, a été directement piloté par Cheney en prévision du chaos du 
11/09 qu’il préparait. 
 
4°) Je prouverai qu’un certain nombre d’officiels de la ville de New York City, dont le maire Rudolph Guilani, se sont rendu compte pendant 20 
minutes que le vol 175 visait Manhattan. 
 
Ils n’ont rien fait pour ordonner l’évacuation ou avertir les occupants du Word Trader Center. Seul un officier militaire a quitté son poste pour 
appeler en privé son frère qui travaillait au WTC, le sommant de sortir au plus vite. 
 
5°) Je prouverai également que les gouvernements israéliens et britanniques ont agi en tant qu’alliés au plus haut niveau du 
gouvernement américain pour aider à la préparation et très probablement, à l’exécution des attaques du 11/09. 
 
Tous ces éléments sont présentés et documentés dans mon livre "Franchir le Rubicon" qui prouve que Georges Bush, Dick Cheney, 
Donald Rumsfeld, Condi Rice, le Général Ralph Eberhart, le Général Meyers, le Directeur du FBI Robert Muller, John Ashcroft et 
Georges Tenet ont menti au peuple américain. 
 
 
 
Le mobile des attaques du 11 septembre 2001 : gérer le pic maximal du pétrole 
 
Le pic du pétrole n’est un secret pour personne. Le pétrole et le gaz naturel sont indispensables à notre mode de vie. Le monde 
consomme dix calories d’énergie d’hydrocarbure pour chaque calorie de nourriture mangée. Tous les engrais commerciaux sont faits à partir 
du gaz naturel. Tous les pesticides sont faits à partir du pétrole. Toutes les irrigations, labourages, moissons et transports sont accomplis 
par l’électricité produite par des machines à hydrocarbures ou gaz naturel. Il y a entre 600 et 700 millions de véhicules à essence sur la 
planète et la demande augmente de manière exponentielle, particulièrement en Chine. 
 
J’ai suivi deux conférences internationales au sujet du pic maximal de pétrole et de ses implications pour notre civilisation : une à Paris en 
2003 et l’autre à Berlin, cette année. Depuis, la grande presse anglo-saxonne n’a cessé de publier des articles sur la fin de l’ère du pétrole 
("La fin du pétrole économique" - National Geographic juin 2004, "Que faire quand le pétrole ne sera plus là ?" - BBC 22 avril 2004, "Adios 
pétrole économique" - Interpress News Agency 27 avril 2004, "G7, le prix du pétrole menace l’économie mondiale" - Moscow Times 
26/04/04, "La crise mondiale du pétrole surgit" - Jane 21/04/04, "USA, obtenir le pétrole mondial" - Focus de la Politique étrangère, janvier 
2004, "Manquons-nous de pétrole ?" - ABC News du 11/02/04, "Sang, Argent et pétrole" - US News du 18/08/03, Wall Street Journal US du 
22/03/04, "Contrôle du pétrole" - Washington Post du 14/11/03, "La fin de l’ère du pétrole" - Économist du 23/10/03, etc). 
 
De grands gisements de pétrole sont sur le déclin depuis 1962. Une étude publiée dans la Petroleum Review suggère que la production ne 
pourra pas suivre la demande d’ici 2007. L’étude est un aperçu des méga projets visant à produire plus de 100.000 barils de pétrole par jour. 
La planète consomme un milliard de barils de pétrole tous les onze jours et demi ; or les découvertes de grands champs pétrolifères sont en 
nette diminution. En 2000, il y eu 16 découvertes ; en 2001, 8 découvertes, en 2002, seulement 3, en 2003 aucune. Environ le tiers de la 
production de pétrole dans le monde provient de champs en baisse, avec un taux de déclin global d’environ 4En conséquence, la 
capacité globale de production se contracte d’un peu plus de 1 million de barils par jour chaque année. Les nouvelles productions sont la 
seule chose compensant ce déclin. A partir de 2007 ce déclin sera compensé par de nouveaux projets de production mais à consommation 
égale ; or la consommation augmente et la demande commencera alors à être supérieure à l’offre.  
 
En prenant le pétrole de l’Irak et en contrôlant l’Afghanistan le gouvernement US pense pouvoir retarder les effets du pic du 
pétrole pour les États-Unis et assurer ainsi son hégémonie sur le reste du monde qui manquera alors de pétrole. Tel est le mobile 
du crime du 11 Septembre 2001. 
 
 
 
La cinquième révolution 
 
Charles Galton Darwin déclarait en 1952 : "La cinquième révolution viendra lorsque nous aurons épuisé les stocks de charbon et de pétrole 
qui s’étaient accumulés dans la terre pendant des centaines de millions d’années… Il faut espérer que d’autres sources d’énergies auront 
été développées… Mais sans en considérer le détail, il y aura de profonds changements dans notre manière de vivre… Qu’un produit de 
substitution commode pour remplacer les carburants actuels soit trouvé ou non, il ne peut exister aucun doute qu’il y aura de grandes 
modifications dans les façons de vivre. Ce changement peut juste s’appeler une révolution mais elle différera de toutes les précédentes. Il 
n’y a guère de probabilités qu’elle mène à une augmentation de la population mais plutôt à l’inverse".  
 
Dans "Franchir le Rubicon" j’expliquerai comment et pourquoi le système économique actuel du monde s’accélère, décline et dégénère dans 
des proportions inimaginables. Tout ceci, pour moi, a commencé il y a 27 ans quand, en tant que jeune policier, j’ai découvert que la CIA 
était lourdement impliquée dans le trafic de drogue. J’ai déjà prouvé tout cela en utilisant des enregistrements d’auditions au Sénat et des 
documents de la CIA elle-même. Un des facteurs essentiel de la suprématie économique américaine fut le trafic de drogue. Tous les ans près 
de 660 milliards de dollars de narco-profits ont alimenté les marchés financiers et les institutions des États-Unis. 
 
Outre le trafic de drogue qui alimente États et Institutions de nombreux pays, nous menons une guerre perdue d’avance. L’ensemble de 
l’économie mondiale mise sur une croissance infinie dans un monde de ressources finies. Ce manque de réalisme global nous mène à une crise 
généralisée mettant en péril l’humanité même. Les solutions actuelles de guerres permanentes pour maintenir la croissance ne préparent 
qu’une chute encore plus brutale et plus définitive. 
 
 
 
Franchir le Rubicon 
 
À la fin d’une convention constitutionnelle, Benjamin Franklin fut interrogé sur le type de gouvernement qu’il souhaitait pour le pays. Il a 
répondu : "Une République, si vous pouvez la garder".  
 
En 49 avant Jésus Christ, Jules César, auréolé d’une récente victoire en Italie centrale a ordonné à ses légions de traverser un petit ruisseau 
appelé le Rubicon. En vertu des lois de la République romaine, on ne permettait pas à l’armée d’entrer dans la capitale. Quand Jules César a 
franchi le Rubicon, la République romaine est morte et l'empire romain est né. Notre tâche, si notre civilisation humaine veut survivre, n’est 
pas de garder notre République mais de la régénérer

 
 
 
Extraits choisis traduits du discours du journaliste et conférencier Michael C. RUPPERT pour le Commonwealth Club à San Francisco le 31 août 2004
 
Source : Lien vers http://www.fromthewilderness.com> 
 
Traduction de Frédéric Morin – Lien vers http://www.morpheus.fr> 
 
Sources : Lien vers http://www.cmaq.net/fr/node.php?id=18328>

(c) Adriana EVANGELIZT - Créé à l'aide de Populus.
Modifié en dernier lieu le 30.10.2004
- Déjà 8323 visites sur ce site!